READING

« Jouer en même temps que Federer et Nadal est un ...

« Jouer en même temps que Federer et Nadal est un privilège qui peut parfois se révéler frustrant ! »

Lorsque l’on a décidé, au sein de la rédaction de Yellow, de parler tennis, il nous est rapidement apparu évident de solliciter Richard Gasquet. Ce revers ! On a donc contacté la fédé, qui nous a envoyé le mail de son agent. On a donc envoyé un mail à son agent, qui nous a répondu le jour même. « Je déjeune avec Richard ce midi, je lui en parle ». Et voilà comment quelques jours plus tard cette interview était bouclée. On y parle tactique, technique, mental, ambiance, terre battue, notoriété, médias… on vous laisse découvrir tout ça !

 

J’ai lu récemment que tu aimes jouer au tennis, tu aimes ce jeu. Comment est née cette passion ?

J’adore le tennis, dès mon plus jeune âge quand j’ai découvert ce sport, je me suis passionné pour les qualités qu’il requiert. C’est un sport extrêmement complet et le fait d’être livré à soi-même oblige à un grand recul et de l’analyse. L’aspect tactique m’a rapidement ouvert les yeux, notamment sur le jeu des angles par exemple. Tel un joueur d’échec, il faut penser plusieurs coups à l’avance afin de déstabiliser son adversaire.  L’aspect tactique qui requiert énormément de technique est passionnant, mais il y a également une donnée physique qui va influencer le choix même de la tactique. Ce qui est appréciable au tennis est aussi le fait que les joueurs soient tous différents physiquement et techniquement, tous les joueurs peuvent rivaliser entre eux et se poser des problèmes de part les types de jeux mis en place.

 

Qu’est-ce qui te fait vibrer dans le tennis ?

Ce qui me fait vibrer, ce sont les matchs sur les grands courts, avec une belle ambiance. Il y a une électricité et une adrénaline particulières qui ne peuvent être décrites avec des mots. L’entrée sur le court d’un Grand Chelem ou en Coupe Davis, avec quinze ou vingt mille spectateurs, est vraiment unique.

 

Le mental est également un aspect essentiel dans ton sport, tu as une préparation spécifique ? Yannick Noah notamment t’apporte beaucoup sur ces aspects du tennis ?

J’ai déjà travaillé avec un préparateur mental auparavant, mais plus on avance dans sa carrière et mieux on se connait. Yannick m’aide notamment sur l’esprit de la gagne. Une notion un peu vague mais Yannick a une grande qualité de persuasion et il trouve souvent les mots justes pour faire passer un sentiment ou un conseil. Il a toujours été un soutien important dans ma carrière.

 

Un mot sur le circuit, l’ambiance est sympa ?

Il convient de définir le mot sympa ! Globalement l’ambiance y est bonne, notamment entre français et francophones. Nous passons beaucoup de temps ensemble dans l’année et partageons certains moments. On se retrouve à des milliers de kilomètres de la France, de nos familles et nos amis, on se retrouve donc de temps en temps pour partager des moments autour d’un diner, un jeu de carte ou simplement une discussion.

 

Quel est le joueur le plus fort que tu aies affronté ?

En quinze années de carrière j’ai affronté énormément de très bon joueurs. Sans grande surprise je dirais que Federer et Nadal restent à part. Ce sont sans doute les deux plus grands joueurs de tous les temps et jouer en même temps qu’eux est un privilège qui peut parfois se révéler frustrant !

 

Et tu as un tournoi favori ?

Le Rolex Master de Monte Carlo est sans doute mon tournoi préféré. Le Country Club de Monaco est l’un des plus beau club du monde avec ce court central qui surplombe la mer.  C’est également un endroit particulier pour moi car c’est là, en 2002 que je me suis révélé au grand public et dont je garde d’excellents souvenirs. Roland Garros revêt également une importance particulière. Nous sommes chanceux, Français, d’avoir un tournoi du Grand Chelem à domicile.

 

La France a un lien spécial avec la terre battue, c’est une surface qui tu apprécies ?

La terre battue est née en France à la fin du 19e siècle donc nous avons une grande culture de cette surface. La terre battue est ma surface préfère. C’est une surface exigeante et qui permet d’appliquer plus d’éléments de la tactique du tennis que certaines autres surfaces. On a souvent un peu plus de temps pour developer son jeu sur terre battue, même si les appuis et les déplacements peuvent être plus compliqués, notamment à cause des risques de glissades. J’aime également l’herbe et l’univers du tournoi de Wimbledon. L’herbe n’est plus la surface ultra-rapide et sans rebond qui ont fait ses caractéristiques dans les année 80-90.

 

Comment se passent les relations avec les médias ? As-tu parfois le sentiment que certains s’intéressent aujourd’hui davantage au côté « people » du tennis et du sport en général plutôt qu’aux performances sportives ?

Je ne pense pas que cela soit le cas, du moins en France. Nous ne sommes pas dans une télé-réalite. Les médias français sont assez bienveillants. En revanche les médias anglo-saxons sont connus et reconnus pour leur côté « people » et parfois il faut lire certains papiers, lors du tournois de Wimbledon notamment, pour se rendre compte de la chance que nous avons.

 

Et ta notoriété est quelque chose que tu gères facilement ou qui parfois te pèse ?

Avec mon expérience, je ne pense pas que cela me pèse. Sans doute en début de carrière j’ai été exposé à des situations qui ne m’ont pas plu mais je relativise.  J’aime mon sport et ce qu’il véhicule, et je suis fier de pouvoir partager certains de ces moments. Je comprends l’importance, notamment pour des enfants, d’obtenir une photo ou un autographe avec son champion préféré et j’essaye au maximum de pouvoir me rendre disponible.

 

En résumé, la vie de tennisman est une vie de rêve ? Ce n’est pas trop dur malgré tout de passer 10 mois de l’année loin de chez toi ?

Il y a sans doute beaucoup de choses à dire là-dessus mais je conçois que nous sommes des privilégiés. Nous jouons un sport que l’on aime, dans des endroits magnifiques, donc il est difficile de se plaindre. Les voyages ont sans doute été plus simples en début de carrière. Même si nous passons beaucoup de temps dans des endroits superbes, il est souvent difficile de les découvrir car le tennis est très prenant.

 

Dernière question, tu t’intéresses à d’autres sports ? Tu as d’autres passions ?

Je m’intéresse à beaucoup d’autres sports même si la vie sur le circuit ne facilite pas le fait de pouvoir les suivre. Ce n’est pas un secret, je suis fan du PSG. Je suis les résultats au quotidien et essaie lors de mes brefs passages à Paris d’aller les voir jouer. Le reste de l’année je regarde les matchs à la télé ou les suis sur internet… même si parfois cela m’oblige à me lever à des heures indues.

 

Publié le 29 mars 2018

Photo © Pressesports